Bizutage en cuisine

Vous finirez bien content avec une casquette en peau de lièvre sur la tête et un costume en peau de saumon fumé : C'est votre bizutage !

Bizutage en cuisine

Cela fait maintenant 3 ans que vous travaillez dans cette maison.

Ce soir, c'est votre dernier service.

Vos collègues vous mettent la pression depuis plus de 2 semaines.

Les sceaux d’arêtes de poissons sont en train de dauber depuis 1 mois déjà.

Vous le savez, parce que vous l'avez fait aussi.

Vous allez passer par le bizutage !

De quoi parle-on ?

Je ne vais pas parler de violences en cuisine dans cet article. Pour moi, c'est un sujet différent qui mériterait d'être abordé, ça c'est sûr ! Je le dis clairement, je ne prends pas parti, ce n'est pas à moi de juger ou est le bien et le mal, le bon sens de chacun doit s'en charger. Je relate juste les faits, et aujourd'hui ils sont là.bizutage

La cuisine fait partie de ces métiers ou le bizutage existe, on ne peut le nier. Comme on ne peut nier qu'il existe aussi à l'armée !

De plus,  pour ne pas confondre avec les bizutages des fraternités américaines ou de certaines facs de médecine. Le bizutage en cuisine ne symbolise pas l'intégration, mais le départ. Je trouve qu'il y a une énorme différence.

Cela ne les empêchera pas de vous coller des éponges pleines de flotte à l’arrière du pied-de-poule

Un drôle de sentiment.

Oui, cela provoque un effet inattendu quand même. On serait presque déçu si l'on ne recevait rien dans la gueule ! Idée complètement barrée, vous allez me dire, pas vraiment...

Pour beaucoup, le bizutage est un peu considéré comme "un final". Et, ce qu'il y a de sûr aussi, c'est que si l'on a bizuté pendant toutes ces années, les collègues ne vont pas nous louper :-)

Il est vrai qu'a partir de la dernière table envoyée, vous sentez vos collègues se rapprocher dangereusement de vous. Rigoler bêtement et comploter dans votre dos. Tout ça pour établir une stratégie pour vous choper sans se faire voir par le chef ! Vous en avez même peur d'aller déposer vos casseroles à la plonge. Cela ne les empêchera pas de vous coller des éponges pleines de flotte à l’arrière du pied-de-poule. Ou encore de vous verser du jus de gombos dans la fameuse raie qui dépasse, lors du nettoyage des frigos !

Aux armes !

Mais, vous n'allez pas vous laisser faire comme ça !

Déjà vous avez prévu le coup! Vous avez fait suivre votre gel-douche ainsi que votre serviette de bain, simple précaution qui paraît juste essentiel après réflexion. Eh oui, il faut bien que la fameuse douche du personnel serve au moins une fois dans l'année ! Petit conseil, veiller à ce que votre kit de lavage ne tombe pas entre de mauvaises mains où il pourrait finir au fond d'un congélateur avec votre paire de chaussures.

Passer la préventionbizutage , il faut vous préparer à l'instant T. Quand la horde de cuisinier qui vous aime tant va vous sauter dessus comme une volée de pigeon sur un bout de pain. On imagine bien la scène des paysans en train d’attraper le cochon pour le mettre sur la table, le tout avec les couinements et j'en passe.

Vous allez donc vous armez de tout ce qui pourrait vous servir de défense, pommes de terre dans les poches, pipettes de colorant alimentaire ou encore quelques œufs.

Rien à faire,  vous êtes fait comme un rat. Vous avez beau vous débattre comme une anguille dans le sel, vous finissez tout droit dans le local poubelle ou le bac de plonge.

Et là, un de vos collègues est pris d'un moment de lucidité juste avant le drame " enlever lui son portable ! " :-)

Vous finirez bien content avec une casquette en peau de lièvre sur la tête et un costume en peau de saumon fumé

Lâchons-nous un peu...

Ça y est, les sceaux de mixtures multicolores (et multi-odeurs) vous arrivent tout droit dans le nez !!!

Encre de seiche, jus de pied de veau, entrailles de bar. Tout y passe !

La première vague est passé, vous avez juste le temps d'avoir la nausée qu'une armée arrive avec des siphons rempli de tous ce qui ne peut-être imaginé, sang de porc, huile de friture ...

Vous finirez bien content avec une casquette en peau de lièvre sur la tête et un costume en peau de saumon fumé que votre cher ami poissonnier vous aura confectionné.

C'est fini, vous n'osez même plus bouger, de peur qu'un relent d'odeur vous arrive dans les narines. Le poids de votre veste vous tombe dessus. Il y aura quand même un semblant de solidarité de la part de vos collègues. Il vont venir vous rincer au jet d'eau, comme une vache avant un concours. Trop bon seigneur !

La partie la moins marrante, c'est quand l'euphorie de se jeter des trucs à la gueule est passée. Et là, arrive avec elle, le nettoyage obligatoire ! Mur, plafond, plainte, vous regrettez, un peu, de vous être emballé de trop !

Si cette tendance au bizutage est en train de disparaître, elle est encore présente dans bon nombre de brigades.

Et vous, comment ça se passe chez vous ?


Ecrit par

Romain

Romain Bonnier
Chef passionné

Je m'appelle Romain Bonnier. Je suis cuisinier de métier (comme vous ? :) ), et j'ai 29 ans. Mes parents n'avaient pas de restaurant. Ils n'étaient pas cuisiniers non plus. J'ai donc débuté seul, avec ma passion et une furieuse envie de rejoindre la grande famille des restaurateurs. De mes débuts chez Bocuse, jusqu'à ma dernière expérience parisienne dans le grand restaurant du chef Christian Le Squer, j'ai découvert un monde incroyable.

Ces articles pourraient vous intéresser

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (1er partie)

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (1er partie)

Certain serait tenté de dire que les cuisiniers sont parfois légèrement tendu. Ne ce sont-ils jamais posé la question du pourquoi du comment ?

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (2eme partie)

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (2eme partie)

Vous avez aimé, tagué, partagé la première partie des trucs qui énervent. Vous allez forcément vous retrouver dans ces 5 points qui arrivent, au programme : Cuistots, ouimaististe et livreurs assidu !!!

Travailler en couple dans la restauration ?

Travailler en couple dans la restauration ?

Travailler en équipe est toujours compliqué en cuisine. Il faut s’adapter au caractère de chacun et éviter les conflits quand cela est possible. Alors, la difficulté augmente quand on travaille avec le conjoint ou la conjointe.

Commentaires

Vous devez être connecter pour publier un commentaire. Inscrivez-vous ou connectez-vous.

Envie de suivre l'aventure et de rester informer
grâce à la communauté professionnelle ?