La coupure des cuisiniers

C'est inévitable... il est 15 h, vous vous voyez déjà profiter de la fin de journée. Le " à ce soir" de vos collègues vous ramène à la réalité !

La coupure des cuisiniers

C'est inévitable...

il est 15 h,vous déposez votre veste dans ce minuscule casier.

Vous vous voyez déjà profiter de la fin de journée.

Votre quota d'heure réglementaire est bouclé.

Oui, mais voilà.

Le " à ce soir" de vos collègues vous ramène à la réalité.

Vous bossez en restauration et vous êtes de coupure !

L'offre et la demande

La question première à se poser, c'est pourquoi ! Pourquoi en restauration travaille-on avec un système de coupure?

Déjà, il y a une réponse que vous pouvez avoir par vous-même. Proposer simplement à votre patron de ne pas venir travailler ce soir. Comme ça juste pour voir... Je pense qu'il vous expliquera sans souci le fond du problème :-).

C'est comme si le DJ d'une boîte de nuit mixait à 11 h le matin d'un mercredi ! 

Souvent, on nous reproche de ne pas faire un métier normal, d'être en décaler.

Et si c'étaient les personnes qui n'étaient pas de la restauration qui n'était pas normale... C'est vrai la restauration est un métier de service.  Nous travaillons quand les gens mangent, c'est comme ça, nous nous adaptons à la demande. C'est comme si le DJ d'une boîte de nuit mixait à 11 h le matin d'un mercredi. Nous c'est pareil, on ne va pas proposer un menu dégustation pour le goûter (Quoique !  je tiens peut-être quelque chose)

Bref, en faite on ne le choisit pas, certains diront même que l'on subit ce système.

L'impact

Le travail.

La coupure engendre beaucoup de choses en double :  le grand nettoyage, le poste en place, la liste de mise en place. Ce qui, tout mis à bout cumule un sacré temps de perdu.

Elle n'a pas que des effets nocifs bien sûr. Je pense ( pour en avoir eu l'expérience ), que la coupure permet un meilleur suivi du travail. On ne se retrouve pas avec une équipe du matin et une du soir qui se b**se la mise en place.  Mais ceci est un autre débat beaucoup trop houleux pour être soulevé :evil:.

Autre point positif (Mais, il y en a plein en fait). C'est que, chez certaines personnes, je dirais les non-matinaux (sans trop vouloir les catégoriser :-)). C'est une deuxième journée qui commence le soir,  mais sans la tête dans le cul du matin. Et en cuisine ont a bien coutume de dire que chaque nouvelle journée est un nouveau départ.

La vie sociale.

Beaucoup de gens ne peuvent pas comprendre. Vous leur dites qu'en ce moment vous avez des longues coupures. Dans leurs têtes, ils voient que vous ne bossez pas de 12 h à 20 h. Mais non, vous avez une pause de 14 h à 17 h ,et pour vous c'est juste démentiel ! ( 3 h, ça c'est le grand luxe même).

Mais en tout cas, ce qu'il y a de sûr c'est qu'ils vous pensent complètement taré !!

Et surtout ils se disent. Mais on ne peut strictement rien faire en si peu de temps !

Ils nous prennent pour qui, sérieux. On est des cuisiniers quand même, et tout le monde sait très bien que nous somme capables de faire beaucoup de choses en peu de temps :-).

La coupure des vaillants ou des feignants ?la coupure

Alors là, on arrive dans la partie où tout est possible et imaginable.

Comment les cuisiniers occupent-ils leurs coupures ?

Les abonnées du bistrot, les férus de course à pied, les inconditionnels de la sieste, ceux qui arrivent à tout faire, ceux qui n'arrivent rien à faire !

On a ceux à qui enlever cette coupure se comparerait à se couper une jambe. Forcément, quand on se couche à 3 h du mat, il faut trouver le temps de dormir.

Ça vous est déjà surement arrivé :

De vouloir absolument rentrer à la maison, se taper 30 minutes de transport. De passer la porte de chez vous, WC, café, goûter. Et de repartir 20 minutes plus tard. C'est là, où vous décidez de commencer à traîner dans les cafés ou encore de faire la sieste dans la voiture à 5 minutes de votre boulot. On arrive donc à souscrire le fameux abonnement à la salle de sports pour s'occuper. Abonnement que l'on trouve rapidement inutile.

C'est une des forces des cuisiniers, c'est que, quand on le veut vraiment, le temps de la coupure peut-être optimisé à fond.

La liste de mise en place coupure est faite !

RDV chez le médecin, poster la feuille de soins de l'ostéo qui traîne depuis des mois, boire un verre avec son ancien collègue, appeler ses parents, faire le ménage à la maison. Et tout ça,  en moins de 2 heures s'il vous plait !

Bref, la coupure rêvée c'est de refaire une journée entière durant les deux heures de pause.

Le temps d'un rêve...

Et puis, il y a le jour où votre chef vous donne une soirée !!! Vous hésitez d'abord, de peur que ce soit un piège machiavélique. Puis en fait vous vous rendez compte que ce soir vous êtes en vacance ! Pendant au moins 16 h d'affilée !

Je vous arrête tout de suite, après  l'euphorie des premières heures (passées d’ailleurs à boire des bières en terrasse). Vous allez vous endormir lamentablement à 21 h 30, devant un navet à la télé, en pensant que d'habitude c'est l'heure du coup de feu !!!

La coupure : Vous la prendrez comment ?

Plutôt café, J-C, ou allongée ?

Pause café et allongée on en a déjà parlé. Mais alors la J-C ... Non pas Jésus-Christ, mais la journée continue !

La journée ou votre coupure se passe au travail. Celle qui correspond parfaitement au #metroboulotdodo. On ne compte plus ces jours ou on décide volontairement (ou pas) de rester l’après-midi pour avancer la mise en place.

  • Le sentiment de ne jamais arriver à se mettre complètement en place.
  • Le banquet extérieur du week-end.
  • Le fameux essai que l'on veut faire depuis 2 semaines.
  • "C'est trop tard pour prendre ma coupure, autant que je reste"

Allez, on ne va pas se le cacher. La coupure engendre un mode de vie un peu décalé. Mais ce mode de vie fait partie des métiers de la restauration. Il faut l’accepter et apprendre à vivre avec.

Chaque personne qui débute doit en avoir conscience. Alors n'hésitez pas à partager ces quelques lignes avec tous les petits jeunes qui commencent. Ainsi que l'article ci joint.

Le plus beau métier du monde ne se laisse pas gagner facilement, il se mérite ! 

Lors de mes recherches pour l'article, j'ai découvert ce site : chefsonabreak. Allez jeter un œil, vous allez forcement vous retrouver.


Ecrit par

Romain

Romain Bonnier
Chef passionné

Je m'appelle Romain Bonnier. Je suis cuisinier de métier (comme vous ? :) ), et j'ai 29 ans. Mes parents n'avaient pas de restaurant. Ils n'étaient pas cuisiniers non plus. J'ai donc débuté seul, avec ma passion et une furieuse envie de rejoindre la grande famille des restaurateurs. De mes débuts chez Bocuse, jusqu'à ma dernière expérience parisienne dans le grand restaurant du chef Christian Le Squer, j'ai découvert un monde incroyable.

Ces articles pourraient vous intéresser

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (1er partie)

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (1er partie)

Certain serait tenté de dire que les cuisiniers sont parfois légèrement tendu. Ne ce sont-ils jamais posé la question du pourquoi du comment ?

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (2eme partie)

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (2eme partie)

Vous avez aimé, tagué, partagé la première partie des trucs qui énervent. Vous allez forcément vous retrouver dans ces 5 points qui arrivent, au programme : Cuistots, ouimaististe et livreurs assidu !!!

Travailler en couple dans la restauration ?

Travailler en couple dans la restauration ?

Travailler en équipe est toujours compliqué en cuisine. Il faut s’adapter au caractère de chacun et éviter les conflits quand cela est possible. Alors, la difficulté augmente quand on travaille avec le conjoint ou la conjointe.

Commentaires

Vous devez être connecter pour publier un commentaire. Inscrivez-vous ou connectez-vous.


Avatar

Jacques Heyd, Il y a 1 an

Un avantage,étant apprenti cette coupure m'a permis de visiter tous les musées de Paris et bien connaître cette ville en général.

Avatar

Boris T, Il y a 1 an

Vous décrivez bien comment nous sommes confrontés à cette coupure. J'ai d'ailleurs été dans différentes structures ou ils considéraient la fatigue, la pénibilité, et les risques pour la santé liés à cette coupure ; Par exemple il y avait la mise en place d'une équipe plus axé sur la mep 10h-14h mep 17h-21h et une sur le service 11h30-15h30 18h30 - 22h30 ; Mise en place d'une équipe du matin-midi et une du soir. Ou l'organisation de semaines de 4 jours. Il y a de l'amélioration, on sent qu'il y a des actions mises ne place.

Avatar

Hen Drix, Il y a 1 an

Alors . Je ne fais pas spécialement l'apologie de la coupure que je trouve complètement obsolète étant donné que tout les groupes hôteliers ainsi que de restauration préfèrent optimiser un turn over sur deux équipes dans la journée . Des horaires en continus , une souplesse dans le planning ainsi que des meilleures conditions de travail dans le but d'être plus productif . Dans cet article , tu dis qu'il a dans la coupure le double du travail à produire , le double de la mise en place , le double du nettoyage à faire apres le service du soir . Tu taff 16h par jour , 75h par semaine . T'as une double paie pour ça ? Non . Pour en avoir fait un tout petit peu quand même , je ne vois pas l'épanouissement personnel . Tu accumule fatigue , stress , anxiété pour gagner pareil qu'un type au 35h . Si peu que tu sois en étoilé tu fais ça pendant 1 mois pour le mettre sur ton CV .

Romain Bonnier, Il y a 1 an

Je parle des faits. Après les gens sont libre de choisir la façon dont ils veulent travailler. Romain

Avatar

Sylvain -, Il y a 1 an

Je crois rever, comment peut on au 21eme siècle faire l'apologie de la coupure et considérer que les personnes travaillant dans la restauration n'ont pas de droits. Je rappelle a tous que vous signez un contrat avec un horaire hebdomadaire, que vous avez des conventions collectives et un droit du travail. Et que tout patron ne respectant pas la loi est un hors la loi.

Romain Bonnier, Il y a 1 an

Bonjour, Je ne fait en rien l'apologie de la coupure ni des horaires excessifs de la profession. Chacun est libre d'avoir son avis sur le sujet.Pour ma part, je raconte simplement l'histoire que vivent des tas de cuisiniers avec un peu d'humour.Devrais-je peut être intensifier le tabou sur le sujet? Désolé mais c'est loin d'être prévu ? A bientôt Romain

Envie de suivre l'aventure et de rester informer
grâce à la communauté professionnelle ?