Le repas du personnel

Le repas du personnel : peu abordé, voire oublié, et trop souvent délaissé. Pourtant, c’est au quotidien que nous nous retrouvons, autour d’une belle et ....

Le repas du personnel

Peu abordé, voire oublié, et trop souvent délaissé.

Pourtant, c’est au quotidien et par deux fois.

Que nous nous retrouvons, autour d’une belle et grande tablée.

Afin de nous délecter d’un somptueux festin gastronomique durant tout le long de notre longue pause-repas.

Ok, ok, on est plus à grignoter en 10 min les pâtes bolognaises faites avec les restes de viandes de la semaine sur un coin de table en formica.

Le communard !

Outre le nom barbare donné à la personne qui s’occupe du repas du personnel, je note que c’est le poste dont personne ne veut la responsabilité !

Il y a la mise en place pour les clients avant tout. Et viens ensuite et en plus, le repas du personnel. Le communard doit faire face à toutes les critiques possibles et imaginables de la part de ses collègues.le repas du personnel

« Trop cuit »

« Pas assez »

« Encore des pâtes aujourd’hui !»

« Mais ça là, on n'en a pas déjà mangé il y a deux jours ?  »

Il ira manger le dernier et reviendra dans les premiers (oui parce qu'il faut débarrasser après^^)

Chaque restaurant à sa propre organisation. Le même poste tous les jours, un le midi un le soir…Quoi qu’il arrive, la personne qui s’occupe du repas du personnel tien un des postes les plus importants de la cuisine.

 Un sac vide ne tient pas debout.

Cela ne veut pas dire qu’il faut faire tout et n’importe quoi. Tant que l’on à le temps, cela reste de la cuisine. La cuisine tout simplement. N’es-ce pas pour ça que nous avons choisi ce métier?

Qu’avons-nous au menu aujourd’hui ?

A moins de vouloir accrocher une ressemblance, laissons les termes bouffer ou becter aux cochons et aux oiseaux !

Bref, que va-t-on trouver dans nos assiettes lors de ces courts moments où nous nous restaurons ?

  • Les fameuses coquillettes ! Servit tout au long de la semaine accommodée de différentes sauces Métro. Et pour accompagner le tout un bon steak haché que l'on trouve en format industriel. Que de diversité vous allez me dire. C'est malheureusement trop souvent une réalité !
  • On trouve aussi les amateurs d'abats, pas le groupe bien sûr :-) (désolé blague de cuisinier) Tripes, foie de veau, ou encore boudin noir ! Oui, les cuisiniers aiment les choses qui ont du goût, n'en déplaisent à nos amis de la salle :-)
  • Les restes, les restes, et encore les restes. Parure de paleron, cœur de choux verts, poisson peu fréquentable. Tout est bon pour être accommodé avec subtilité, eh oui, rien ne se perd en cuisine.
  • Une bonne dose de nicotine. Fumer ou manger ? Le choix peut être parfois difficile.
  • L'assiette vide ! Parce que là on parle, on parle, mais combien de cuisiniers n'ont même pas le temps de manger. Dans combien de maisons on ne mange que le soir ? Ou alors le repas du personnel n'est pas forcément prévu, du moins pour tout le monde.

Alors bien sûr, tous ces exemples sont des clichés. Mais on trouve une certaine part de réalité quand même. Le repas du personnel aujourd'hui c'est peu un mix de tout cela. Rien n’empêche que dans beaucoup de maisons, ce repas est respecté et cuisiné. Vous me comprendrez quand je dis que les personnes de la restauration sont des bons vivants et adorent bien manger !

Quant aux personnes qui ne travaillent pas dans la restauration. Elles, seront forcément intrigué sur les repas des cuisiniers :

  • Vous avez de la chance, vous mangez tous les jours au restaurant. ça doit être trop bon !
  • Vous mangez les plats de la carte ?
  • Tu manges aussi de la truffe avec ton foie gras ??!?!!??!

La table du roi est dressée ! 

Dans les types de repas du personnel, on trouve de tout et surtout les extrêmes.

Le self service dans certains palaces. Avec l’îlot réfrigéré garnit de salades de toutes sortes, différents pains aux choix et distributeur de soda à volonté.

De l'autre côté, on va trouver les trois ou quatre cuisiniers accolés aux fourneaux, assis sur des caisses de vin retournées à grignoter avec convivialité un plat de lasagne réalisé par le stagiaire italien. Le tout agrémenté du canon de rouge quotidien.

Ou bien, simplement dans le banal réfectoire sans fenêtre ou l'on mange au milieu des produits d’entretiens et des feuilles d'imprimante.

Ce qu'il y a de sûr , c'est que, quand vous allez vous asseoir. Vous allez sortir votre téléphone sur la table pour essayer de vous connecter à une vie sociale décalée, le tout en dévorant votre assiette (sans même regarder ni apprécier ce qu'il y a à l'intérieur). Et là, alors que vous "décompresser" depuis environ 3 minutes,  les premiers clients arrivent. :evil:

L’étoile du personnel !

Je me rappelle d’une époque ou l’envoie du personnel engendrait une pression énorme. J'avais plus de pression à envoyer le repas du personnel que celui des clients.

C'était l'époque ou quand le repas n'était pas à la hauteur, le Maître d’hôtel te balançait une pièce de 20 centimes sur le passe pour te faire bien comprendre que ton repas et bien, ce n'étais pas ça !

Les couverts tapaient sur les tables dés lors que la première minute de retard était engagé.

Au menu, des choses simples, mais cuisiner. Poulet au vinaigre, gnocchi à la parisienne ou bien de simple et délicieuse pâte bolognaise.

Celui qui ne sait pas faire à manger à son personnel ne sera pas capable de faire à manger à ses clients.

Paul Bocuse

Certains dirons que c’est un avantage de la restauration d’autre un inconvénient. Mais ce qu'il y a de sûr, c'est que le repas du personnel est essentiel. Il fait partie de la tradition de nos restaurants et est une habitude qu'ont ne peut négliger de nos jours.

Alors, pour le bonheur de tous.

Cuisinons simple et bon !


Ecrit par

Romain

Romain Bonnier
Chef passionné

Je m'appelle Romain Bonnier. Je suis cuisinier de métier (comme vous ? :) ), et j'ai 29 ans. Mes parents n'avaient pas de restaurant. Ils n'étaient pas cuisiniers non plus. J'ai donc débuté seul, avec ma passion et une furieuse envie de rejoindre la grande famille des restaurateurs. De mes débuts chez Bocuse, jusqu'à ma dernière expérience parisienne dans le grand restaurant du chef Christian Le Squer, j'ai découvert un monde incroyable.

Ces articles pourraient vous intéresser

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (1er partie)

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (1er partie)

Certain serait tenté de dire que les cuisiniers sont parfois légèrement tendu. Ne ce sont-ils jamais posé la question du pourquoi du comment ?

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (2eme partie)

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (2eme partie)

Vous avez aimé, tagué, partagé la première partie des trucs qui énervent. Vous allez forcément vous retrouver dans ces 5 points qui arrivent, au programme : Cuistots, ouimaististe et livreurs assidu !!!

Travailler en couple dans la restauration ?

Travailler en couple dans la restauration ?

Travailler en équipe est toujours compliqué en cuisine. Il faut s’adapter au caractère de chacun et éviter les conflits quand cela est possible. Alors, la difficulté augmente quand on travaille avec le conjoint ou la conjointe.

Commentaires

Vous devez être connecter pour publier un commentaire. Inscrivez-vous ou connectez-vous.


Avatar

Jacques Heyd, Il y a 1 an

Moi j'ai connu le temps,dans les années 60,lors de mon apprentissage au Grand Hôtel place de l'Opera à Paris ,où le communard cuisinait seul pour +/- 500 personnes et faisait des repas plus qu'acceptables et variés. Par contre pour nous cuisiniers,nos repas se prenaient dans une pièce près de la cuisine,sur une immense table,là où on épluchait les légumes,entourée de bancs . Le Chef mangeât en bout de table,sur une nappe blanche,avec des couverts en argent et des verres à pieds. Nous,nous avions droit au balatum qui recouvrait cette table,aux couverts en métal et aux verres Duralex . Comme je l'ai dit avant,nous n'avions pas nous plaindre de la nourriture,mais nous regardions avec envie le Chef manger le repas que chaque jour le chef saucier lui concoctait. Repas servi dans des petits poêlons en cuivre . Hé,oui le Chef mangeait à la carte devant nous. Il faut dire qu'à cette époque régnait une certaine féodalité dans les cuisines où le Chef était tout puissant,enfermé dans son bureau vitré,n'apparaissant qu'au moment du service à côté de l'aboyeur. Ce qui explique qu'en tant que seigneur tout puissant qu'il avait droit à ce privilège. Ah ! J'oubliais de dire que nous apprentis et les commis n'avions pratiquement pas le droit de discuter à table et encore moins celui de plaisanter ! Le Chef,le sous Chef et les chefs de partie ayant vite fait de nous remettre à notre place. Au fait,j'oubliais que le communard arrivait trés tôt le matin pour les petits déjeuners. En effet ce n'était pas un poste enviable !

Romain Bonnier, Il y a 1 an

Merci de nous faire partager votre vécu. J'adore !!!???

Avatar

Mazeau -, Il y a 1 an

Bouffer les reste de la veille en 10 minutes, ou voir ne pas manger du tout ,alors que le chef ce tape dès escalopes de foie gras et entrecôte en cachette, car monsieur le chef ne mange pas il test .oui sa existe encore dans les petite entreprise,. Comme le non respect des repos semaines, et dès salaire minable

Avatar

Iconoclaste -, Il y a 1 an

Tres justes vues Sur notre metier, je vous decouvre seulement mais m' amuse beaucoup.Merci.

Romain Bonnier, Il y a 1 an

Merci beaucoup,☺ ça me motive et m'encourage pour la suite ?

Avatar

Papy -, Il y a 1 an

C est comme partout..Il y a des gens bien et surtout des gros cons qui clament qu ils ne sont pas là pour nourrir le personnel.

Avatar

Coppin -, Il y a 1 an

Tous cela et bien vrais, mais bon j'ai u la chance d'avoir travaillé dans un bon gastro et d'avoir un très bon chef qui manger avec nous et qui a fait e' sorte que la salle mange avec nous aussi et aussi il manger la même nourriture que nous et qui lui arrivé de faire le repas, chose que tous le personnel a apprécié

Envie de suivre l'aventure et de rester informer
grâce à la communauté professionnelle ?