Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (1er partie)

Certain serait tenté de dire que les cuisiniers sont parfois légèrement tendu. Ne ce sont-ils jamais posé la question du pourquoi du comment ?

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (1er partie)

N°1 :

L'allergique imaginaire :

Molière parlait du malade imaginaire.

Voici une version moderne avec ces fameux clients. À vrai dire, ils sont assez rares, ce qui fait leur cachet. Ils entrent en scène, très sûr d'eux et parfois même accompagnés de leurs listes à rallonges de produits toxiques à leur égard.

On trouvera, les champignons, mortel en cas d'ingestion, ou encore les produits laitiers qui auront la tache de faire gonfler jusqu'à explosion du sujet.

Alors attention, je ne critique et ne mets met pas en pièce les vraies personnes qui ont des allergies, pour eux c'est un réel handicap au quotidien. C'est juste, que je n'arrive pas vraiment à cerner ceux qui dévorent la truffe et qui sont, soit-disant, allergiques aux champignons. Ou encore même, le client intolérant au lactose qui ira piquer la crème chantilly de son voisin de table, le tout bien sûr, de la façon la plus discrète possible.

Prenons les véritables personnes allergiques au gluten, elles correspondent à 1% à 3% de la population. Elles se sont vu accompagnés de tous les « fâchés » du gluten qui selon leurs dires ne peuvent pas en consommer un gramme, sous peine de terrible souffrance. Un simple tour aux toilettes fait bien souvent passer tous leurs maux.

Bref, ce que je veux surtout dire, c'est que les personnes avec de vrais problèmes d’allergie ne nous dérangent en rien, nous savons nous adapter, c'est notre métier. C'est juste que nous travaillons dans des restaurants et non pas dans des établissements pour curiste !

 

N°2 :

Les derniers clients :

J'ai déjà évoqué ce sujet houleux lors d'un article précédant « le client de dernière minute ». Il n’empêche que je suis obligé de l'évoquer dans ce top 10. Tous les restaurateurs connaissent très bien les règles du jeu.

C'est le client qui définit plus ou moins les horaires.

Si tout le monde se pointe entre 20h et 20h30, vous êtes content. Ça annonce un service intense et intéressant, bref vous allez vous faire défoncer! Mais vous adorez ça, je le sais.

Ce que vous adorez beaucoup moins, c'est les 2 personnes qui pointent le bout de leur nez à 21h 45. Il vous restait quelques plats à envoyer pour finir le service et voilà que vous devez tous ressortir. Et dans le speed en plus ! Alors tout ça, il ne faut pas se le cacher, ça tend un peu tout le monde!

Alors, vu que nous, cuisiniers, sommes des personnes relativement calmes et poséeslaugh , nous gérons la situation, encore, avec une sérénité et un brio sans égal!

 

N°3 :

Tu touches à mes couteaux, je te coupe le bras !

Vous allez dire, « il a ressorti tous ces vieux articles » , pas vraiment faux;-).

Le sujet que je traite dans «  les couteaux des cuisiniers » est plus global. Mais là, je veux parler de ce qui peut vite agacer, j’entends bien sûr, le fait de perdre son couteau !

Oui, imaginez, vous ouvrez votre tiroir à couteau, que vous avez customisé avec quelque bout de polystyrène et le bon vieux torchon au fond. Et là, surprise, votre couteau a disparu. La tension monte doucement, vous tenter de rester calme en cherchant tout autour. Mais la méfiance envers vos collègues commence à vous tarauder. Vous faites un tour de tous les tiroirs de la cuisine pour inspecter plus en détail. Et surtout, vous commencez à balancer des petites réflexions à voix haute du genre.

« Qui est le connard qui a braqué mon schlass » Hahaha !

Deux conclusions s'offrent à vous :

Vous retrouvez votre cher et tendre couteau au fond d'un rack de plonge, recouvert de matos suintant le gras, autant dire que ça vous fait bien péter un câble.

Deuxième finalité, votre commis vous fait remarquer devant tout le monde que votre couteau bien-aimé, est juste posé à côté de votre planche ! Vous passez alors un peu pour un con à avoir pourri tout le monde, soi-disant qu'on vous avait braqué votre lame.

Résultat : le commis va passer une mauvaise mâtine lol.

Un dernier petit truc qui peut vous rendre légèrement tendu, c'est quand votre couteau se retrouve entre les mains de quelqu'un d'autre mais sans que vous le sachiez. Attitude élevée aujourd'hui au rang de tromperie !wink

 

N°4 :

C'est qui ? C'est personne … ah encore lui !

Appelé de plusieurs façons selon les maisons, il n’empêche qu'il existe de partout. Nommé parfois « «Casper », ou simplement « «Personne », il erre dans la cuisine sans que personne ne le remarque.

Quoi vous ne voyez pas de qui je veux parler ? Attendez, un petit exemple va vous faire comprendre immédiatement :

« Qui a fini la boîte de beurre ? »

Et la soudainement, aucune réponse, le silence complet. Allez, je vous en donne un autre :

«  Qui a fini le film et la remit en place » 

Et là encore, personne ne bronche.

Justement c'est bien de ce fameux « Personne » dont je veux parler, cette personne invisible qui se planque dans son trou et fuit une logique réprimande.

Alors lui, si je le chope, je peux vous dire qu'il va passer un sale quart d'heure, et il risque de manger pour tous les autres « Casper » qui ont sévi précédemment. #pasdechancepourlui

 

N°5 :

Refaire !!!

C'est une des choses qui fait partie du métier, chaque jours, certaines mises en place se répètent. C'est une évidence . C'est autre chose qui me chagrine un peu plus.

Imaginer...

Vous lancez un vrai consommé de bœuf.

Donc, tout ça se passe sur plusieurs jours, entre la cuisson, le dégraissage à froid, la marmite, la clarification. Passionnant, mais beaucoup de temps.

Vous le débarrassez après l'avoir filtré gentiment dans un linge.

Vous vous apprêtez à le ranger en chambre froide, c'est la course en mise place depuis ce matin.

Puis arrivent les quelques marches pour accéder aux frigos. Vous les connaissez que trop bien d’ailleurs. Et là, vous le voyez venir, vous glissez sur cette PU**** de marche et voyez votre nectar se déverser en cascade dans les escaliers.

Tout le monde dans le restaurant est au courant, vu le cri primaire qui vient de sortir de votre bouche. Vous le connaissez sûrement ce sentiment terrible, et oui il va falloir tout recommencer ( un court instant, vous avez tout de même pensé à récupérer le bouillon avec une raclette ; un court instant seulement...)

Le côté positif de la chose, c'est que tout le monde va être mielleux avec vous durant les temps qui vont suivre, le sentiment de compassion reste présent dans les cuisines .

 

La suite du top 10 très prochainement sur une vie en cuisine laugh


Ecrit par

Romain

Romain Bonnier
Chef passionné

Je m'appelle Romain Bonnier. Je suis cuisinier de métier (comme vous ? :) ), et j'ai 29 ans. Mes parents n'avaient pas de restaurant. Ils n'étaient pas cuisiniers non plus. J'ai donc débuté seul, avec ma passion et une furieuse envie de rejoindre la grande famille des restaurateurs. De mes débuts chez Bocuse, jusqu'à ma dernière expérience parisienne dans le grand restaurant du chef Christian Le Squer, j'ai découvert un monde incroyable.

Ces articles pourraient vous intéresser

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (1er partie)

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (1er partie)

Certain serait tenté de dire que les cuisiniers sont parfois légèrement tendu. Ne ce sont-ils jamais posé la question du pourquoi du comment ?

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (2eme partie)

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (2eme partie)

Vous avez aimé, tagué, partagé la première partie des trucs qui énervent. Vous allez forcément vous retrouver dans ces 5 points qui arrivent, au programme : Cuistots, ouimaististe et livreurs assidu !!!

Travailler en couple dans la restauration ?

Travailler en couple dans la restauration ?

Travailler en équipe est toujours compliqué en cuisine. Il faut s’adapter au caractère de chacun et éviter les conflits quand cela est possible. Alors, la difficulté augmente quand on travaille avec le conjoint ou la conjointe.

Commentaires

Vous devez être connecter pour publier un commentaire. Inscrivez-vous ou connectez-vous.

Envie de suivre l'aventure et de rester informer
grâce à la communauté professionnelle ?