Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (2eme partie)

Vous avez aimé, tagué, partagé la première partie des trucs qui énervent. Vous allez forcément vous retrouver dans ces 5 points qui arrivent, au programme : Cuistots, ouimaististe et livreurs assidu !!!

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (2eme partie)

N°6 :

Le livreur de 11h55.

Cela doit être un code que les livreurs se transmettent de tournée en tournée... Celui de passer toujours au pire moment. Vous avez celui qui arrive au moment où votre pause-repas commence, déjà qu'on compte un temps d'environ 10 minutes, il vous regarde avec son bon de livraison, et attention le mec, il est pressé !

C'est pareil lorsque vous êtes en mise en place, en train de lever tout l'arrivage du poisson. Cela fait déjà la 5 éme fois que vous enlevez vos gants pour vérifier que vos petits ne font pas de connerie. Et là, bien sûr le livreur se pointe, toute la came est dehors, et vous, vous ne vous voyez pas avancer. Lavage des mains, contrôle de la marchandise, papotage avec le livreur, rangement en chambre froide. Bref encore 10 minutes de bouffé sur la mise en place.

On pourrait dire que beaucoup de cuisiniers rêvent secrètement d'une mâtinée de mise en place, calme et solitaire ou tous les livreurs arriveraient au moment opportun.

HaHaHa !!! Vous rêver, oui, en effet !

 

N°7 :

Le culot d'un super stagiaire.

« Oui, mais ! »

Qui n'a jamais entendu cette phrase de la bouche d'un stagiaire ou même d'un apprenti. La plupart des jeunes recrus sont associés de prés avec la secte des « Ouimaitiste ». Attention à vous, parce que leur gourou doit leurs dirent que c'est à eux d'avoir le dernier mot, que c'est n'est pas de leur faute et qu'ils ont toujours raison !

Mettons-nous à leur place, ils n’ont peut-être jamais eu de rigueur ou ont tout simplement fait toujours ce qu'ils voulaient.

Le fait est que lorsque un de ces jeunes premiers vous tient tête avec un aplomb d'enfer, vous sentez que ça vous titille sérieusement !

Pas étonnant, cela fait plusieurs années que vous faites ce métier, vous le connaissez, vous en avez bavé, vous avez appris et là il veut (inconsciemment) vous faire voir que c'est lui qui décide !

Jeune fou, va !!!

Mais, un bon petit recadrage dans les règles de l'art fera du bien à tout le monde et fera peut-être de lui votre futur commis le plus discipliné. Oui ... mais ...

 

N°8 :

Devenir un véritable perroquet :

Plus vous allez monter en grade plus vous allez déléguer, les lois de la hiérarchie sont immuables. Ce qui augmente aussi avec ce processus, c'est votre communication. Des directives, vous allez en donner, il suffit même que vous ayez un simple stagiaire pour être confronté à ce problème.

« Répéter, répéter, répéter »

La journée peut se transformer en dialogue de perroquet, parce que votre commis ne comprend pas ce que vous voulez qu'il fasse. Parce que l'on vient vous voir par 3 fois pour la même question ou juste parce que le jeune petit stagiaire est frapper d'amnésie et qu'il ne se souvient plus de sa mise en place.

On peut dire aussi que l'on est plus ou moins responsable de cette répétition, et oui cela permet aussi d'instaurer une certaine pression, parfois nécessaire, en cas de grosse journée de travail.

Certain en joue même un petit peu, vous voyez ce chef de partie zélé qui veut que sa directive soit effectuée immédiatement ? Il ne stoppera de la cité qu’une fois la tache entamé !

Débarrasse la purée... débarrasse la purée...débarrasse la purée …

 

N°9 :

Un bon vieux commentaire Trip Advisor :

La cuisine est un métier passionnant, mais il ne faut pas le cacher, il a des cotés éprouvants lorsque qu'on aborde les horaires ou le rythme de travail. Bref, tout ça pour dire que lorsque vous faites vos 35h , en 3 jours, et que l'on vous dit qu'un mauvais commentaire Trip Advisor vient de tomber, ça a plutôt tendance à vous agacer.

De plus quand vous commencez à le lire...

Fabulation, exagération, incohérence sont des adjectifs trop souvent à associer à ces commentaires. Passons le côté gratuit et méchant de certains, qui se planque derrière leur écran plutôt que de venir parler du problème directement avec la cuisine, tellement plus simple... où devrais-je dire plus lache? 

Tous ces commentaires ne sont pas à jeter à la poubelle, bien entendu, les commentaires positifs sont bénéfiques à tous, clients comme employés. Ils permettent à la fois une belle publicité et également de maintenir une certaine motivation au sein des équipes. Et les commentaires négatifs « constructifs » sont également très bénéfiques, car ils permettent de se remettre en question sur certains points. La remise en question est une des clefs de la réussite d'un restaurant, pour aller toujours de l'avant !

Il n’empêche que la pertinence de certain avis peut rendre assez vite énervé surtout quand les cuisines donnent le maximum pour les clients !

Je terminerais en mettant le lien de cette vidéo, qui répondra à tous les avis négatifs Trip Advisor !

N°10 :

Ah bon, mais tu es cuistot ?

Alors celui-là, je me le gardais pour la fin.

Quoi de mieux pour nous cuisiniers, d'être nommé en tant que gargotier !

Forcément on a tendance à réagir et les retours des gens vont bon train «  c'est pareil »  « Ce n'est que de la cuisine »

Aucune arrogance ou supériorité sur le fait de dire « cuisinier », mais appelons les choses comme elles sont !

Le cuisinier est tout simplement fier de ce qu'il fait et entraîne avec lui toute une histoire et une culture.

Je pense que c'est une question d'ignorance du mot qui pose problème. La plupart des gens (hors restauration) ne voient pas à mal lorsqu'ils nous appellent ainsi. Alors que nous, cuisiniers... ça a plutôt l'effet de nous hérisser le poil !

Je l'ai dit précédemment dans un article, cuisiniers VS Cuistot, mais je le répète aujourd'hui.

Nous sommes des cuisiniers.

L'aspect péjoratif que nous portons au terme cuistot est justifié. Auparavant, le métier était vu à mal, crasseux, cacher derrière les fourneaux. Aujourd'hui nous sommes sur le devant de la scène, grâce en grande partie à un homme qui nous a quitté récemment, je veux bien entendu parler de Paul Bocuse. Alors si vous lisez ces quelque lignes, relevé bien que nous sommes des cuisiniers !

Je finirais sur cette merveilleuse phrase d'Alain Dutournier, qui rend l'éloge qu'il mérite au pape de la cuisine !

Paul Bocuse a surtout fait évoluer socialement le statut du cuisinier de « damné des fourneaux » à celui de star du « piano ».

Alain Dutournier

 


Ecrit par

Romain

Romain Bonnier
Chef passionné

Je m'appelle Romain Bonnier. Je suis cuisinier de métier (comme vous ? :) ), et j'ai 29 ans. Mes parents n'avaient pas de restaurant. Ils n'étaient pas cuisiniers non plus. J'ai donc débuté seul, avec ma passion et une furieuse envie de rejoindre la grande famille des restaurateurs. De mes débuts chez Bocuse, jusqu'à ma dernière expérience parisienne dans le grand restaurant du chef Christian Le Squer, j'ai découvert un monde incroyable.

Ces articles pourraient vous intéresser

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (1er partie)

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (1er partie)

Certain serait tenté de dire que les cuisiniers sont parfois légèrement tendu. Ne ce sont-ils jamais posé la question du pourquoi du comment ?

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (2eme partie)

Les 10 trucs qui rendent fou les cuisiniers !! (2eme partie)

Vous avez aimé, tagué, partagé la première partie des trucs qui énervent. Vous allez forcément vous retrouver dans ces 5 points qui arrivent, au programme : Cuistots, ouimaististe et livreurs assidu !!!

Travailler en couple dans la restauration ?

Travailler en couple dans la restauration ?

Travailler en équipe est toujours compliqué en cuisine. Il faut s’adapter au caractère de chacun et éviter les conflits quand cela est possible. Alors, la difficulté augmente quand on travaille avec le conjoint ou la conjointe.

Commentaires

Vous devez être connecter pour publier un commentaire. Inscrivez-vous ou connectez-vous.

Envie de suivre l'aventure et de rester informer
grâce à la communauté professionnelle ?